La chasse aux mythes : La ligne de vie courte

Par l’astro-chirologue Guylaine Vallée

Mythe : Une ligne de vie courte signifie une durée de vie courte.
Fait : Pas nécessairement…

 

Les gens associent la ligne de vie à la longévité. En réalité, la ligne de vie touche davantage la qualité de vie beaucoup plus que le nombre des années. Elle reflète notre degré de motivation à mener une vie longue, saine et heureuse.

La ligne de vie idéale encercle le mont de Vénus. Une longue ligne de vie suggère que nous vivrons longtemps parce que nous aimons être vivant et que nous voulons avoir suffisamment de temps pour réaliser tous les objectifs que nous nous sommes fixés. Une ligne de vie longue, profonde et ininterrompue révèle également que nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour être en bonne santé physique et mentale, ce qui nous donne la longévité dont nous avons besoin pour profiter au maximum de la vie tout en réalisant nos rêves.

Gardez à l’esprit qu’une longue ligne de vie ne signifie pas que notre vie sera toujours une sinécure. Comme tout le monde, nous serons probablement confronté à notre part de défis, de difficultés et de tragédies. Mais comme notre vie a un sens et un but, nous avons de fortes convictions et un système de croyances qui nous permettent de venir à bout des moments difficiles.

En revanche, une ligne de vie courte suggère souvent que nous devons faire un effort pour imaginer toutes les merveilleuses choses que nous pourrions accomplir en vivant longtemps. Il se peut que nous ne saisissions pas les chances que la vie peut nous offrir.

L’aspect le plus intéressant de la ligne de vie est que, en modifiant légèrement notre attitude, nous pouvons allonger la ligne de vie! La neuroscience commence à peine à découvrir ce que les Yogis védiques de l’Antiquité savaient déjà il y a plusieurs millénaires, soit que le cerveau est capable de changer à tout âge! Nous avons des milliers d’empreintes confirmant qu’en changeant votre manière de penser et de vous comporter, votre vie va changer . . . tout comme votre ligne de vie. Alors ne vous en faites pas si votre ligne de vie est courte – vous pouvez la rendre plus longue et plus forte. C’est exactement ce que notre cliente, Sabrina, a fait!

 

Sabrina – Bâtir une nouvelle vie

Regardez la différence dans la ligne de vie de Sabrina dans ses empreintes Avant et Après. L’empreinte Avant a été prise après la rupture de son mariage. Elle se sentait complètement perdue et croyait qu’elle ne serait plus jamais heureuse. Son désespoir et sa détresse se reflètent dans sa ligne de vie courte.

Ghanshyam a encouragé Sabrina à commencer une pratique régulière de méditation afin de renforcer sa concentration et développer sa ligne de destinée. Pourquoi? Parce qu’une ligne de destinée forte lui fournirait à la fois une vision à long terme et un exutoire positif pour canaliser la passion de ses émotions.

La morale de l’histoire de Sabrina est la suivante : lorsque nous canalisons notre élan vital de manière positive et que nous apprécions le privilège d’être en vie, notre ligne de vie grandit et notre vie s’améliore.

Dans l’empreinte Après prise deux ans plus tard, sa ligne de vie longue et saine témoigne du fait qu’elle a repris goût à la vie. Elle a pris la décision de ne pas s’avouer vaincue à cause de sa tristesse. Elle a embrassé son indépendance et a amorcé une nouvelle carrière. Elle était heureuse et contente d’elle-même, et savait qu’un jour elle serait amoureuse à nouveau.

 

 

AUTEURE

Guylaine Vallée est enseignante et consultante chez Birla Védique International. Dans ses 35 années à titre de chirologue professionnelle, elle a aidé des milliers de  clients à mieux vivre et a inspiré des dizaines de milliers de gens par ses conférences en Amérique du Nord et ses apparitions à la radio et à la télévision.

Guylaine est l’auteure de Du bonheur plein les mains : les joyeuses aventures d’une chirologue professionnelle, écrit en collaboration avec Steve Erwin, journaliste primé et auteur du livre à succès du New York Times Left to Tell.

 

Il n'est pas trop tard pour joindre Guylaine et son webinaire hebdomadaire :
Le Défi de 90 jours sur les monts : libérer le pouvoir des planètes dans vos mains.

Cliquez ici pour en savoir plus.

 

Avoir la bougeotte

Un corps agité traduit un esprit agité 

Par l'astro-chirologue Guylaine Vallée

 

Il est difficile de ne pas remarquer quelqu’un qui a la bougeotte—ceux qui ne semblent pas pouvoir tenir en place, qui n’arrêtent pas de pianoter sur leur bureau, qui tapent du pied sous la table, qui balancent les bras sans aucune raison apparente, secouent la jambe, se tournent les pouces, et font craquer leurs jointures, sans oublier une douzaine d’autres habitudes agaçantes faisant partie du répertoire de ceux qui ont la bougeotte.

Ces tics peuvent être énervants pour les autres, mais pour celui qui a un tic, c’est un signe de déséquilibre entre les trois systèmes d’énergie – corps, mental et cœur. Bouger sans cesse dénote une agitation mentale chronique, un sentiment d’être mal dans sa peau, une irritabilité émotionnelle ou l’anxiété, l’agitation et la peur. Bref, la bougeotte exprime physiquement l’inquiétude mentale—nous ne sommes pas en paix et donc loin d’éprouver la joie.

Excès de Mercure

Selon l’ayurvéda, système de médicine holistique de l’Inde, cet état dérive souvent d’un excès d’énergie de la planète Mercure et de l’élément associé à Mercure, l’éther. On fait souvent référence à cette condition comme étant un « dérangement vata », qui peut drainer notre force vitale et donner naissance à une foule de malaises physiques et psychologiques.

La présence d’un bon Mercure dans notre carte astrologique (et dans notre main) nous donne la capacité de comprendre le sens de tout ce que nous entendons et de deviner ce que notre cœur  (et le cœur des autres) nous murmure et, si nous sommes véritablement à l’écoute, nous pourrons entendre les messages mystiques de l’univers qui flottent dans l’éther. Cependant, un excès d’énergie mercurienne surcharge notre système; c’est un peu comme écouter 500 émissions de télévision en même temps avec le volume au maximum. Tôt ou tard, tout ce bruit remplit notre mental de parasites incessants à tel point qu’on ne peut plus s’entendre penser ou écouter notre cœur—et ça, c’est bien assez pour nous donner la bougeotte!

 

Remède :

On peut guérir cette habitude en développant le calme mental et physique. La méditation, les mantras et les mudras, des nuits régulières de sommeil réparateur, des exercices apaisants comme le yoga et le Tai Chi, et une alimentation saine et naturelle feront des merveilles pour vous aider à calmer l’excès d’énergie mercurienne et vous défaire de la bougeotte.

Alors la prochaine fois que vous aurez envie de vous tourner les pouces ou de taper du pied à table, récitez plutôt le mantra de Mercure tout en pratiquant le mudra Buddhi. Comment faire? Joignez le bout de votre pouce au bout de votre petit doigt tout en récitant silencieusement le mantra de Mercure : Aum Budhaya Namaha. Vous éprouverez rapidement un sentiment de calme.

 

AUTEURE

Guylaine Vallée est enseignante et consultante chez Birla Védique International. Dans ses 35 années à titre de chirologue professionnelle, elle a aidé des milliers de  clients à mieux vivre et a inspiré des dizaines de milliers de gens par ses conférences en Amérique du Nord et ses apparitions à la radio et à la télévision.

Guylaine est l’auteure de Du bonheur plein les mains : les joyeuses aventures d’une chirologue professionnelle, écrit en collaboration avec Steve Erwin, journaliste primé et auteur du livre à succès du New York Times Left to Tell.

 

NOUVEAUTÉCet automne, Guylaine animera un Défi / Webinaire hebdomadaire :

Le Défi de 90 jours sur les monts : libérer le pouvoir des planètes dans vos mains.

Cliquez ici pour être notre invité à la première séance du webinaire le 23 septembre 2021.

L’homme en pantoufles - Partie III

Par l’astro-chirologue Guylaine Vallée

 

À mon arrivée au centre il y a plus de 30 ans, c’était le chaos dans mes mains et mon mental; mes pensées et mes émotions s’éparpillaient dans tous les sens. Mon chitta (substance mentale / émotions) résonnait constamment dans ma tête comme une alarme d’incendie détraquée et mes vrittis (ondes mentales volatiles et des tourbillons émotionnels qui perturbent notre équilibre et érodent notre tranquillité d’esprit) tournoyaient follement. J’étais distraite, je manquais de concentration et j’étais sujette aux sautes d’humeur. Heureusement, Ghanshyam est un expert en chirologie védique extrêmement perspicace. Il a analysé mes mains et identifié mes problèmes avec l’habileté d’un radiologue chevronné. « Ton mental est agité et tu dois le calmer. Je te suggère de lire Patanjali ... la sagesse des Yoga Sutras t’aidera à te concentrer . . . à calmer tes pensées et à canaliser ton énergie. »

Encore une fois j’ai écouté les conseils de Ghanshyam et une fois de plus, il était en plein dans le mille. Je reconnais que le texte des Yoga Sutras n’était pas facile (les traductions modernes sont plus accessibles), mais ils recèlent un sens si profond et offrent tant de niveaux de connaissances transformatrices que je ne pouvais pas m’arrêter de lire. Et l’impact de toute cette information a réellement changé ma vie. J’ai commencé à me concentrer, à observer les fluctuations de mon mental et à étudier mes pensées et mes perceptions afin de vérifier la véracité et la validité de tout ce que j’avais présumé être vrai jusqu’à présent. J’ai appliqué la même méthode d’analyse à mes souvenirs. Cela m’a aidé à me défaire de nombreuses fausses croyances et attachements de l’ego qui m’empêchaient d’avancer. Les paroles et les actes d’autrui qui, autrefois, m’avaient tellement blessée et avaient entraîné tant d’agitation étaient maintenant vus d’une perspective plus juste. À ce moment-là, ils perdaient tout leur mordant et ne me dérangeaient plus.

Au fur et à mesure que ma concentration s’améliorait, je parvenais à mieux me comprendre. Je pouvais diriger mon mental afin d’atteindre deux de mes objectifs immédiats : étudier la chirologie et apprendre l’anglais. (Certains de mes professeurs au primaire me tapaient sur les doigts avec une règle quand je prononçais mal un mot anglais. Ce mauvais souvenir (samskara) s’est gravé dans mon cerveau et a créé un blocage mental et émotionnel quand venait le temps d’apprendre l’anglais ou de le parler. Chaque fois que j’essayais de dire quelque chose en anglais, mon ego se révoltait et mes vrittis faisaient des ravages!)

Cependant, avec une meilleure concentration, mes pensées devenaient plus neutres, et dès que mes vrittis ont cessé de dicter mes actions, j’ai pu prendre le contrôle de mon ego. J’agissais plus volontairement au lieu de réagir, ce qui me permettait de mieux gérer mon imagination. Au lieu de la laisser m’emporter dans les scénarios les plus noirs et des crises de panique, j’ai appris à la diriger vers la créativité et le positivisme. J’ai réussi à surmonter les souvenirs négatifs de mes professeurs et à apprendre l’anglais en traînant toujours avec moi mon dictionnaire de poche et en me concentrant à apprendre un mot par jour. Et en me concentrant entièrement sur mes études, les secrets de la chirologie se sont ouverts à moi!

Enfin, pour renforcer les gains que j’avais réalisés, je me suis assurée d’avoir le plus souvent possible un sommeil profond et réparateur au lieu de rester étendue à me tracasser et à fixer le plafond jusqu’à l’aube. Quelle différence! Une fois que mon mental et mes humeurs se sont calmés, j’ai pu profiter d’un bien plus grand calme émotif et mental qui n’a pas échappé à Ghanshyam. Satisfait de mon nouvel état d’esprit, tellement plus calme et heureux, Ghanshyam m’a lancé en souriant : « Tu fais des progrès ! ». Il était particulièrement heureux du fait qu’après seulement un an au centre, je maîtrisais suffisamment l’anglais et la chirologie pour donner des consultations à Toronto avec succès. Ma capacité à me concentrer m’a rapporté d’énormes dividendes!

Et, bien entendu, tout cela s’est reflété dans les lignes de mes mains. Dans mes empreintes « avant », prises lors de ma première consultation avec Ghanshyam, on peut voir que ma ligne de tête était plus courte, tout comme ma ligne de cœur. Cela se traduisait dans le tumulte mental et émotif qui m’habitait. Mais, dans les empreintes « après » prises plusieurs mois plus tard, ma ligne de tête s’est considérablement allongée. Mais ce n’est pas tout : grâce a un état d’esprit plus calme et plus concentre, ma ligne de cœur a développé trois branches, un signe que je parvenais à atteindre Chit, cet état de conscience paisible où nous parvenons à aller à la rencontre de notre véritable « moi » où nous sommes inspirés par la puissance de Sat! J’ai commencé à ressentir la douceur de mon âme à travers toutes mes pensées et mes actions.

 

AUTEURE

Guylaine Vallée est enseignante et consultante chez Birla Védique International. Dans ses 35 années à titre de chirologue professionnelle, elle a aidé des milliers de  clients à mieux vivre et a inspiré des dizaines de milliers de gens par ses conférences en Amérique du Nord et ses apparitions à la radio et à la télévision.

Guylaine est l’auteure de Du bonheur plein les mains : les joyeuses aventures d’une chirologue professionnelle, écrit en collaboration avec Steve Erwin, journaliste primé et auteur du livre à succès du New York Times Left to Tell.

 

NOUVEAUTÉ : Cet automne, Guylaine animera un Défi / Webinaire hebdomadaire :
Le Défi de 90 jours sur les monts : libérer le pouvoir des planètes dans vos mains.

Cliquez ici pour en savoir plus.

Une pleine lune favorable en Capricorne - Guru Purnima

 

Cette année, le 24 juillet est un jour béni dans la culture védique. Connue sous le nom de Guru Purnima, cette journée tombe à la pleine lune (purnima) du mois de Ashadha (juin–juillet) du calendrier hindou. La pleine lune en Capricorne sera opposée au Soleil en Cancer.

Ce jour est consacré aux prières, aux cérémonies dévotionnelles, aux rituels d’hommage et de révérence et aux cérémonies du feu appelées puja pour honorer nos professeurs et nos gourous. Guru, mot sanskrit qui signifie « celui qui chasse les ténèbres », fait référence au guide spirituel qui nous éclaire de sa connaissance et de ses enseignements. On commémore également la mémoire du grand sage Veda Vyasa, l’auteur de l’épopée hindoue, Mahabharata.

Guru Purnima est le jour où nous reconnaissons et vénérons les croyances, philosophies ou enseignements qui sont chers à nos cœurs. Même sans puja, nous pouvons nous réserver du temps pour méditer et offrir nos prières de gratitude et réaffirmer notre engagement. Nous pouvons considérer l’impact de nos croyances sur notre vie et voir comment en tirer le meilleur parti possible. Si vous n’avez pas encore choisi de discipline spirituelle, Guru Purnima est le jour idéal pour en adopter une.

Guru Purnima est un jour très propice pour commencer à cultiver des pouvoirs curatifs, l’intuition, l’introspection et le dévouement à ce qui nous est cher. Nous avons l’occasion d’établir un lien plus étroit avec nos professeurs, nos gourous et nos « anges gardiens » pour obtenir leurs bénédictions. En retour, témoignons-leur notre gratitude en leur offrant notre amour, notre dévotion et notre engagement.

Méditer à la pleine lune contribue à la réalisation de tous les aspects de notre vie. C’est une période de grande énergie et de réflexion pour reconnecter à nos émotions. C’est un moment idéal pour pratiquer l’art de la dévotion et trouver une passion ou une cause noble pour y engager votre cœur.

 

Bonnes célébrations de Guru Purnima!

L’homme en pantoufles - Partie II

Par l'astro-chirologue Guylaine Vallée

Extrait de Du bonheur plein les mains : Les joyeuses aventures d’une chirologue professionnelle

 

Ghanshyam s’est concentré sur mes empreintes et a commencé à pointer son stylo sur différentes lignes.

« Vous voyez ici, votre ligne de destinée est fragmentée, votre ligne du Soleil est à peine visible, votre pouce est trop proche de votre doigt de Jupiter, et juste au-dessous… votre mont de Jupiter est faible et votre Vénus manque d’équilibre. »

J’étais déconcertée par tous ces détails, ne comprenant pas un traitre mot des aspects techniques de la chirologie. Je ne savais pas encore que nous avons tous une main dominante (celle avec laquelle nous écrivons) qui révèle notre conscient et indique là où nous en sommes dans notre vie et dans ce que nous voulons accomplir, et une main non dominante qui montre notre subconscient et dénote d’où nous venons et les expériences que nous avons vécues, ni que la façon dont nous tenons le pouce indique notre degré de volonté et de confiance en nous. Le débit des données était vertigineux, mais quand Ghanshyam a terminé sa première analyse, ses conclusions étaient cruellement exactes.

« Vous avez 12 faiblesses qui vous bloquent. Elles nuisent à votre épanouissement spirituel et rendent votre destinée incertaine. Comme vous êtes mal à l’aise dans le monde, vous vous refermez sur vous-même et ça vous rend malheureuse. »

Puis, il a rapidement écrit dix de ces faiblesses sur la feuille, dans l’espace entre mes deux empreintes.

  • Manque de décision
  • Manque de volonté
  • Manque d’orientation
  • Manque de discipline
  • Manque de motivation
  • Manque d’inspiration
  • Manque de ténacité
  • Manque de méditation
  • Manque d’exercice
  • Manque de travail intellectuel ou spirituel qui pourrait vous donner l’espoir, la confiance, la foi et un sentiment d’identité.

 

Il a hésité un moment puis, en haut de la page, il a ajouté celles qui, d’après lui, étaient mes principales faiblesses : manque de conviction et manque de confiance en soi.

« Vous avez une bonne ligne de tête, une grande intelligence. Je suis sûr que vous allez réussir dans votre carrière. Mais, a-t-il ajouté en secouant la tête, vous continuerez probablement à ressentir le même vide. »

Il a tapé avec son stylo sur l’empreinte au centre de ma paume gauche.

« Votre ligne de destinée suggère que vous pourriez trouver ce qui vous rendra heureuse, mais pas avant le début de la quarantaine. »

Oh mon Dieu, je dois vivre comme ça pendant encore 20 ans? Je n’osais pas imaginer le désespoir de vivre malheureuse aussi longtemps

Les larmes roulaient le long de mes joues. Ghanshyam, qui avait été très calme et respectueux pendant la consultation, m’a tendu une boîte de papiers mouchoirs.

« Ne vous inquiétez pas, les lignes de nos mains ne sont pas gravées dans la pierre. Ce n’est pas de la divination. Nos paumes nous montrent ce que nous devons changer dans notre vie pour trouver le bonheur. Lorsque nous apportons ces changements, les lignes de nos mains changent elles aussi. La véritable chirologie ne vise pas la prédiction, mais la prévention et l’épanouissement! », m’a-t-il assuré avec le même sourire que lorsqu’il m’avait accueillie.

« Mais j’ai une question pour vous, Guylaine : voulez-vous changer ou voulez-vous rester la même? »

« Je veux changer, Ghanshyam », ai-je dit en sanglotant.

« Parfait! Eh bien, vous allez effectivement changer!, a-t-il annoncé joyeusement, ouvrant les bras et éclatant d’un rire sonore. Ça fait toute la différence! »

Il a de nouveau fixé son regard sur moi, perdu dans ses pensées pendant quelques instants. Puis il a repris son stylo et a écrit « 12 MONTHS » (12 mois) sur la feuille, au-dessus de mes empreintes.

« Vous avez une mission dans la vie; vous allez être au service de nombreuses personnes. Mais votre mission ne commencera pas avant un an, pas avant que vous soyez prête. »

Mon cœur battait tellement fort que tout ce que j’ai pu entendre pendant quelques secondes était un battement sourd dans les oreilles. Et puis j’ai saisi le sens de ses paroles comme un écho : Vous aurez une mission dans la vie; vous allez être au service de nombreuses personnes.

Les paroles de Ghanshyam étaient un baume sur mon âme en peine.

Il a suggéré des mesures que je pourrais prendre pour « m’ouvrir » et me préparer à ce que la vie me réservait. Il a expliqué que certains gemmes et métaux remédiaient aux déséquilibres du système énergétique du corps et favorisaient la croissance spirituelle. Il m’a donné une liste des pierres précieuses à acheter et m’a conseillé de lire Autobiographie d’un Yogi, de Paramahansa Yogananda. Ghanshyam a pointé vers l’image de l’homme en tunique orange au-dessus de son bureau, qui semblait veiller sur moi depuis mon arrivée dans la pièce.

« Le livre de Paramahansa pourrait beaucoup vous aider », a déclaré Ghanshyam, puis il a recommandé que je revienne toutes les deux semaines pour cinq séances.

« Nous allons concevoir ensemble un programme qui vous aidera à rehausser votre confiance en vous et à apporter les changements dont vous avez besoin pour trouver la joie du cœur et la paix de l’esprit. Et puis vous verrez, Guylaine, vous allez attirer l’amitié, la confiance et l’amour dans votre vie! Qu’en pensez-vous! »

Ghanshyam avait plongé au plus profond de mon cœur pendant l’heure qu’avait duré la consultation et, quand il est venu vers moi pour me serrer très fort dans ses bras, ce que j’en viendrais à adorer, je voulais me glisser dans ses pantoufles.

« Ne vous inquiétez pas, tout ira bien », a-t-il promis.

Cet homme que je n’avais jamais rencontré auparavant, qui était venu d’un autre continent et d’une culture différente, m’avait profondément touchée comme jamais personne n’avait pu le faire.

J’étais certaine que ma vie était sur le point de changer et, quand j’ai quitté son bureau, j’ai ressenti quelque chose que je n’avais pas éprouvé depuis longtemps : j’étais heureuse . . .

 

Partie III : À suivre le mois prochain.

 

AUTEURE

Guylaine Vallée est l’auteure de Du bonheur plein les mains : les joyeuses aventures d’une chirologue professionnelle, écrit en collaboration avec Steve Erwin, journaliste primé et auteur du livre à succès du New York Times Left to Tell.

Guylaine est le coach des Programmes Défis de 90 jours.

NOUVEAUTÉ : Cet automne, Guylaine animera un webinaire hebdomadaire : Le Défi de 90 jours sur les monts : libérer le pouvoir des planètes dans vos mains. Cliquez ici pour en savoir plus.

L’homme en pantoufles - Partie I

Par Astro-chirologue Guylaine Vallée

Extrait de Du bonheur plein les mains : Les joyeuses aventures d’une chirologue professionnelle

 

Le matin de mon rendez-vous, je me suis réveillée plus impatiente et plus enthousiaste que je l’avais été depuis des mois.

Serait-ce le jour où je découvrirais enfin ce que je cherchais?

J’ai revêtu mes vêtements parisiens les plus colorés, y compris un pantalon en cuir bleu électrique qui allait si bien avec ma coupe garçonne décolorée. Le tout était couronné par un sac transparent avec un énorme poisson en plastique à l’intérieur : une pièce unique de Paris!

Le Centre de Chirologie était dans le quartier Westmount de Montréal et, pendant le long trajet en autobus de la ligne 24, j’ai songé à des questions à poser au chirologue, questions que j’ai immédiatement oubliées quand je suis arrivée au 351, avenue Victoria et que j’ai vu l’enseigne : Centre de Hast Jyotish Birla.

Lorsque j’ai ouvert la porte, un doux carillon de chants d’oiseaux m’a accueillie puis accompagnée à la réception en haut de l’escalier, qui embaumait l’arôme apaisant de l’encens. C’était comme si je venais de monter au ciel.

Une femme aux longs cheveux noirs, nommée Lydia, est venue me chercher et m’a conduite à un évier. À l’aide d’un petit rouleau en caoutchouc, elle m’a recouvert les mains d’encre noire. Elle a ensuite appuyé chacune de mes mains sur une feuille de papier blanc. Et soudain elles sont apparues : mes empreintes! Comment pouvais-je savoir que je découvrais mes deux nouvelles meilleures amies? Des amies qui détenaient les secrets de mon passé, recelaient la voie de mon avenir et renfermaient la clé permettant d’accéder aux deux. La première fois que j’ai vu mes empreintes, j’ai trouvé mes doigts tordus et mes mains énormes. Je me sentais un peu vulnérable, sachant que mes mains—et tout ce qu’elles pourraient révéler sur moi—seraient bientôt scrutées par les yeux d’un expert.

De retour au Québec

Ça y est, c’est le moment de vérité.

J’ai nettoyé mes mains et je me suis assise pour attendre ma consultation. Quelques minutes plus tard, Ghanshyam est entré dans la pièce. J’ai été frappée par son air digne dans son costume beige de style Nehru et… ses pantoufles! J’étais étonnée que quelqu’un puisse se sentir suffisamment à l’aise pour porter des pantoufles au travail. Il avait une fine moustache noire et des yeux bruns et pénétrants qui se sont mis à briller comme des bougies d’anniversaire tandis qu’il m’enveloppait d’un sourire chaleureux.

Mon Dieu! Il est encore plus beau qu’avant, pensais-je, secouée par une puissante vague de déjà-vu. Guylaine, ne sois pas stupide! C’est la première fois que tu le rencontres!

« Bonjour, bonjour, je suis tellement heureux de vous rencontrer! », a déclaré Ghanshyam avec son accent aux rythmes de l’Inde. Il a pris mes mains dans les siennes et les a serrées avec une affection tellement authentique, que j’avais l’impression de retrouver un vieil ami. Il rayonnait d’une gentillesse et d’une bonté sans égales qui m’ont immédiatement mise à l’aise.

« Ma chère, venez avec moi, s’il vous plaît. »

Je l’ai suivi dans son bureau, où se dressait une armoire remplie de livres sur la chirologie et l’astrologie; beaucoup d’entre eux, qui semblaient avoir été lus et relus, affichaient des titres dans des langues que je ne reconnaissais pas. Le grand portrait d’un homme indien en tunique orange dominait le bureau de Ghanshyam. Le visage de l’homme était serein et ses yeux étaient mi-clos, comme en transe. Ses bras levés, paumes ouvertes, semblaient me bénir au moment où je me suis assise.

Comme Ghanshyam ne parlait pas français et que mon anglais se limitait à : « How are you today? », une interprète s’est jointe à nous pour la consultation. Elle m’a informée que Ghanshyam pratiquait la chirologie védique, forme de chirologie indienne traditionnelle qui vient des anciens textes sacrés hindous appelés les Védas.

Ghanshyam a placé mes empreintes sur le bureau, à côté de mon thème astrologique qu’il avait préparé avant mon arrivée. J’ignorais que l’astrologie était liée à la chirologie, mais j’ai appris que ce sont des sciences jumelles et que Hast Jyotish est une expression combinant deux mots sanskrits : Hast, qui signifie main, et Jyotish, qui signifie lumière. Donc Hast Jyotish décrit la lumière de nos planètes qui se reflète dans nos mains.

Après avoir étudié mon thème et gribouillé toutes sortes de notes et de signes sur mes empreintes, en utilisant différentes couleurs, Ghanshyam a levé le regard vers moi; ses yeux bruns brillaient d’une telle intensité que je sentais qu’ils plongeaient dans mon âme.

« Alors, on commence? » Il avait le ton d’un médecin compatissant qui vient d’examiner les radiographies d’un patient et doit annoncer à la fois les bonnes et les mauvaises nouvelles.

« Vous êtes à la recherche de Dieu et cette quête dure déjà depuis longtemps, a-t-il déclaré, mais vous n’avez pas encore fait de lien spirituel. Vous êtes malheureuse parce que vous êtes coincée et vous ne savez pas où aller, ce qui fait que vous vous sentez perdue et seule. Vous n’arrivez pas à décider quoi faire, et votre vie n’a pas de sens ni d’objectif. Êtes-vous d’accord avec ce que je dis? »

J’étais trop sidérée pour parler. Il savait exactement ce que je ressentais depuis dix ans, comme s’il m’avait connue toute ma vie. J’ai hoché la tête.

Il s’est ensuite concentré sur mes empreintes et a commencé à pointer son stylo sur différentes lignes . . .

 

Partie II : À suivre le mois prochain.

AUTEURE

Guylaine Vallée est l’auteure de Du bonheur plein les mains : les joyeuses aventures d’une chirologue professionnelle, écrit en collaboration avec Steve Erwin, journaliste primé et auteur du livre à succès du New York Times Left to Tell.

Guylaine est le coach des Programmes Défis de 90 jours.

Et ne manquez pas les webisodes de Guylaine le mercredi sur notre page Facebook.

La pureté du cœur de Sœur Margaret

Par l'astro-chirologue védique Guylaine Vallée

Extrait du Défi de 90 jours sur la ligne de cœur

La compréhension des cinq états du cœur, décrits par Sri Yukteswar dans son livre La science sacrée, a aidé tant de mes clients à trouver l’amour et m’a été tellement utile dans ma propre vie, que je consacre un chapitre complet à les explorer dans le Défi de 90 jours sur la ligne de cœur. Je crois vraiment que cela vous donnera un aperçu plus approfondi de l’évolution du cœur, vous inspirera autant qu’il m’a inspirée et vous aidera immanquablement dans votre quête en vue de créer une vie pleine d’amour!

Quand nous accédons à l’état pur du cœur, notre connexion à l’esprit de l’amour pur intérieur s’approfondit et nos mécanismes de défense, blocages et sentiments d’être séparé des autres disparaissent. Nos besoins et désirs personnels, qui nous éloignent de notre cœur, s’évaporent, permettant ainsi à notre centre du cœur de s’ouvrir complètement.

Sri Yukteswarji décrit également l’état pur comme l’état propre du cœur, car le cœur est débarrassé de tout ce qui l’empêchait d’exprimer complètement l’amour inconditionnel. Dans cet état, nous ressentons une union complète avec Dieu, l’univers et n’importe quel autre cœur humain. Nous comprenons avec une certitude absolue que nous sommes tous connectés : nous ne sommes pas une vague individuelle dans la mer; nous faisons partie du vaste océan de l’humanité, et l’humanité fait partie du cosmos infini.

Nous réalisons ce que la philosophie védique a toujours affirmé et que la physique quantique n’a découvert que récemment, à savoir que toute matière est une illusion. La seule chose dans notre vie qui est éternelle est l’énergie qui nous compose et qui passe continuellement d’une forme à l’autre tout en restant éternellement connectée. Cette énergie transporte notre conscience au-delà de l’espace et du temps. Essentiellement, la réalité n'est pas ce que nous voyons, mais plutôt un état d’unité infinie sur laquelle toute vie est tissée.

Comme Joni Mitchell le chantait dans les années 1960, We are stardust... Billion-year-old carbon (Nous sommes de la poussière d’étoiles... Du carbone vieux d’un milliard d’années). Dans ce corps humain formé de carbone, notre conscience — notre âme — est infinie, éternelle et illimitée. Nous acceptons cette vérité dans l’état pur du cœur, où nous vivons une communion parfaite avec toutes les autres âmes.

Bien sûr, l’état pur du cœur n’est pas facile à atteindre pour de simples mortels comme nous. Aimer parfaitement est un processus : c’est un voyage que nous faisons tout au long de notre vie et probablement tout au long de nombreuses vies. Mais c’est le seul voyage qui compte vraiment.

Sœur Margaret est un parfait exemple de ce voyage. C’était une cliente de Ghanshyam il y a plusieurs années. Ghanshyam a parlé de cette femme remarquable dans l’un de ses blogues, et je pense que l’histoire se passe d’explications. Voici le blogue :

La pureté du cœur de Sœur Margaret

J’ai rencontré Sœur Margaret il y a une vingtaine d’années à une conférence qu’elle aidait à organiser pour promouvoir le pardon et la réconciliation en vue d’atteindre la paix et l’harmonie entre les peuples et les nations. Femme passionnée approchant des quatre-vingts ans, elle estimait que le pardon était une double bénédiction, profitant à la fois au pardonneur et au pardonné, et elle était la preuve vivante de l’efficacité de cette philosophie.

Lorsque la Seconde Guerre mondiale a éclaté, Sœur Margaret était une jeune religieuse catholique travaillant en milieu rural japonais. Elle a été arrêtée par des soldats japonais et a passé quatre ans dans un camp d’internement dans des conditions abominables. Elle a connu de grandes privations et a été témoin de nombreuses atrocités, mais n’a jamais permis à l’amertume ni à la haine d’endurcir son cœur. Après la guerre, elle est restée au Japon pour prendre soin des orphelins, soigner les blessés et aider à reconstruire le pays. Avant de retourner en Amérique du Nord, elle a passé des années à sillonner l’Asie pour offrir aide et réconfort aux plus démunis.

Quand nos chemins se sont croisés, elle était en train d’accomplir un acte de réconciliation et de pardon personnel. Elle avait invité d’anciens soldats japonais, ses ennemis et ravisseurs d’antan, à participer à sa conférence sur la paix, et elle les avait tous accueillis avec gentillesse et générosité. Quand je lui ai demandé pourquoi elle faisait ça, elle a répondu : « Ghanshyam, nous luttons tous contre l’obscurité, mais nous sommes également tous des enfants de Dieu, éclairés par la lumière divine. C’est notre devoir de laisser cette lumière briller en nous et de l’aider à briller chez les autres. Si nous en faisons notre mission dans la vie, nous serons tous meilleurs, et le monde sera bien plus beau. »

L’altruisme et la sagesse spirituelle de Sœur Margaret m’ont profondément ému; quand j’ai étudié ses mains, je n’ai pas été surpris de trouver une ligne de cœur à trois branches, ce qui est plutôt rare. Elle indique que nous pouvons être connu pour notre disposition aimante et compatissante, et que nous pouvons utiliser notre énorme vision spirituelle pour le bien-être de l’humanité. Quand les trois branches ont la même longueur, cette origine dénote, à plus forte raison, le talent, le succès et peut-être même une grande renommée.

En outre, Sœur Margaret avait un bel anneau de Vénus couronnant sa ligne de cœur. On décrit parfois l’anneau de Vénus comme un sourire divin imprimé en permanence dans nos cœurs. Cet anneau fait de nous une inspiration pour les autres. Idéalement, il forme un arc dans la zone supérieure (sattwa) de la paume reflétant nos nobles intentions. Sa proximité de la ligne de cœur reflète une profonde empathie. Elle révèle également un puissant désir qui nous pousse à exprimer créativement la beauté et l’amour de notre âme. De nombreux artistes, travailleurs humanitaires et personnes œuvrant au service des autres possèdent un anneau de Vénus.

Sœur Margaret a vécu plus de 90 ans et s’est toujours efforcée de promouvoir la paix, l’harmonie, la compréhension et le pardon à l’échelle internationale et interpersonnelle. L’empreinte de sa main, arborant son remarquable anneau de Vénus, est le témoignage durable d’une belle vie, bien vécue.

Selon Sœur Margaret, nous sommes tous « touchés par la lumière divine. C’est notre devoir de laisser cette lumière briller en nous et de l’aider à briller chez les autres. ». Pour atteindre l'état pur du cœur, nous devons illuminer notre vie par l’amour.

 

Pour en savoir plus sur Le Défi de 90 jours sur la ligne de cœur que vous pouvez faire à votre rythme, cliquez ici.

🎙PODCAST🎙- LA CHIROLOGIE VÉDIQUE

Gwenaëlle Batard, animatrice du podcast L’ayurvéda Sourire, s’entretient avec l’astro-chirologue Guylaine Vallée.

Guylaine parle de ce qu’est-ce que la chirologie védique, ce qu’elle nous enseigne, comment peut-elle nous aider au quotidien et si nous pouvons agir sur notre destin grâce aux lignes de nos mains …

Cliquez ici pour écouter l’entretien :

https://radiomedecinedouce.com/broadcast/2902-LA-CHIROLOGIE-V%C3%89DIQUE

Le cœur consacré de Mona

Par l'astro-chirologue védique Guylaine Vallée

Extrait du Défi de 90 jours sur la ligne de cœur

 

Les cinq états du cœur

Dans son chef-d’œuvre, La Science sacrée, Sri Yukteswar nous dit que, pour évoluer vers l’expression de l’amour parfait, nous devons passer par « cinq états du cœur ». Passer d’un état à l’autre nous rapproche de notre objectif d’amour parfait, qui nous amène progressivement à dissiper les nuages de notre cœur et à atteindre le pouvoir de Sat, l’infini en nous. Sri Yukteswar écrit : « Si nous sommes en mesure de cultiver cette puissante force dominante de l’amour implantée dans notre cœur, nous serons libéré de la détresse des cycles de douleur et de plaisir qui font partie de la vie ». Ce mois-ci, nous explorons le quatrième état du cœur : le cœur consacré.

L’état consacré du cœur

Le quatrième état du cœur, l’état consacré, se caractérise avant tout par la recherche de l’unité entre le cœur, la tête et l’âme. Nous atteignons cet état en restant détaché des circonstances extérieures; en nous efforçant constamment d’exprimer notre amour de façon plus spirituelle et plus expansive; et en reliant notre cœur à notre intuition, ce qui crée un profond sentiment d’unité avec chaque personne et chaque chose.

Dans l’état consacré du cœur, nous ne nous sentons plus déchiré entre ce que les autres veulent que nous fassions, ce que nous pensons devoir faire, et ce que notre âme nous dit qu’il est intuitivement juste de faire. Nous ne sommes ni troublé ni dominé par les circonstances extérieures. Nous sommes libéré de la dualité de la vie et, dans tout ce que nous faisons, nous avons une seule motivation : l’amour.

 

Le cœur consacré de Mona

Ma cliente Mona est un bon exemple d’une personne qui s’efforce d’atteindre l’état du cœur consacré. Physiothérapeute compétente, Mona était aimée par tous ses patients pour son dévouement, sa douceur, son attention et sa gentillesse. C’était également une épouse et une mère dévouée; elle avait beaucoup de bons amis qui comptaient sur ses conseils et sa compréhension et, malgré son horaire chargé, elle prenait le temps de faire du bénévolat dans plusieurs organismes de bienfaisance. Tous ces merveilleux aspects de sa personnalité sont enregistrés dans sa ligne de cœur idéale, qui a des branches égales et ascendantes sur son mont de Jupiter.

Bien que Mona se donne constamment aux autres, sa plus grande préoccupation était de ne pas donner suffisamment et de décevoir les gens. Sa longue ligne de cœur l’incitait à naturellement se fixer des normes élevées, en particulier dans sa façon de traiter et de rejoindre ceux qui l’entouraient. Ces attentes élevées et idéalistes la chagrinaient chaque fois qu’elle pensait avoir déçu quelqu’un ou qu’elle se sentait déçue d’elle-même. Même si ce n’était pas un événement majeur ou une offense flagrante, le simple fait de détecter de la déception dans la voix de son mari quand elle l’appelait pour lui dire qu’un client avait absolument besoin d’elle et qu’elle serait en retard pour le dîner la troublait profondément. Ce n’est pas que son mari était déraisonnable, mais elle s’était fixé des normes tellement élevées qu’elle ne pouvait pas supporter la pensée de lui faire du mal, ou qu’il croie qu’elle était insensible à ses besoins. J’ai dit à Mona qu’en étant aussi dure avec elle-même, elle pourrait se rendre malheureuse. Elle devait accepter qu’elle faisait de son mieux et que ses bonnes intentions et motivations étaient ce qui importait le plus.

Même avec une belle et longue ligne de cœur comme celle de Mona, qui témoigne de ses convictions profondément ancrées à aimer, nous avons besoin d’une ligne de tête tout aussi équilibrée, sinon il y aura un déséquilibre entre nos pensées et nos sentiments. Dans le cas de Mona, sa ligne de tête était trop droite et inflexible, ce qui l’amenait à imposer des exigences trop idéalistes à elle-même et aux autres. Son inflexibilité venait arrêter sa ligne de destinée à la ligne de tête, signe certain qu’elle suranalysait sa façon d’exprimer son amour et se créait des problèmes même quand il n’y en avait pas. Je l’ai encouragée à « lâcher prise et s’en remettre à Dieu », pour mieux écouter ce que son cœur lui disait et ne pas être régentée par des circonstances ou des attentes. Cela permettrait à sa ligne de destinée de dépasser sa ligne de tête, puis sa ligne de cœur, et d’être ainsi moins dure avec elle-même ou déçue par les autres s’ils ne respectaient pas ses normes élevées.

 

Pour en savoir plus sur Le Défi de 90 jours sur la ligne de cœur que vous pouvez faire à votre rythme, cliquez ici.

Célébrons la Grande Nuit de Shiva

Nous traversons présentement un rare transit, le Shoola Yoga. Durant ce yoga, les planètes occupent seulement trois signes affectant trois maisons portant sur des domaines précis de votre vie. Ce yoga accentue ces domaines, rendant les choses très intenses pour nous. Cette concentration d'énergie dans trois maisons est associée au trident à trois branches, ou tri-shoola, que le Seigneur Shiva utilise pour écarter l'énergie négative qui menace de perturber l’harmonie du corps, du mental et du cœur.

Ce yoga est favorable si nous l’abordons avec révérence et respect. Pendant cette période, prières et dévotion seront récompensées par la bonne fortune. Le Shoola Yoga est si puissant parce que toute l’énergie planétaire est concentrée dans seulement trois maisons. Si nous parvenons à canaliser cette énergie avec calme et détermination, nous connaîtrons à un grand succès. Cependant, si nous ne parvenons pas à diriger constructivement cette intense énergie, elle peut nous accabler.

Si nous réussissons à rester concentré, flexible et patient, et à adapter cette surcharge d’énergie cosmique condensée, nous pourrons accomplir des miracles et déplacer des montagnes.

Ce qui rend ce Shoola Yoga si spécial est qu’il coïncide avec le Maha Shivaratri, la ‘Grande Nuit’ de Shiva, le seigneur du yoga, de la méditation et de la transformation.

Cette année, le Maha Shivaratri tombe le jeudi 11 mars.

Il est dit que durant le Maha Shivaratri, nous pouvons obtenir de nombreuses bénédictions en récitant le nom du Seigneur Shiva : Aum Namah Shivaya, ou en récitant le mantra de Shiva, le Maha Mrityunjaya. Nous vous invitons également à faire l’expérience de la cérémonie du feu du Maha Shivaratri avec Ghanshyam sur notre chaîne YouTube.

Pour toute question, appelez-nous sans frais au 1-866-428-3799 du Canada ou des États-Unis.
Vous pouvez nous joindre de n’importe où en composant le 1-819-428-4298
ou bien cliquez ici pour nous envoyer un message.